Accueil > Prédateurs > Les nuisibles > Le putois

Le putois

samedi 1er janvier 2011

JPEG - 24.5 ko
Le putois

Le putois est un mammifère régulable par piégeage

Famille des mustélidés
mustela putorius

Description : Longueur totale : 43 à 60 cm, queue :10 à 16 cm, poids de 430 à 1600 g, femelles plus petites que les mâles, 34 dents. Petit mustélidé à bourre jaunâtre transparaissant à travers le pelage brun-noir, ventre, pattes et queue noirs, tête rayée de bandes blanches : une sur le museau, une au-dessus des yeux, une sur le bout des oreilles.

Habitat & moeurs : Le putois fréquente tous les habitats (zones boisées, bocages, zones de plaine, voisinage des habitations) mais préfère les zones humides. Animal solitaire au comportement territorial net pour les individus d’un même sexe. Déplacements nocturnes et crépusculaires parfois importants (jusqu’à 7,5 km par nuit). Densités variables : 2 à 4 individus pour 1000 ha.

Régime alimentaire
 : animal essentiellement carnivore qui consomme des poissons, des amphibiens, des petits rongeurs (mulots, campagnols), des lagomorphes (lapins de garenne), des surmulots, des rats musqués... Peut commettre des dégâts dans les élevages (lapins, volailles).

Reproduction : rut en mars-avril, gestation :41 à 42 jours, naissances d’avril à juin de 1 à 12 petits, maturité sexuelle :10 à 11 mois. Dans certaines régions, la disparition des zones humides a été préjudiciable à l’espèce. Dans les régions où l’hiver est rigoureux, il se plait dans les maisons..

JPEG - 5 ko
Empreintes de putois

Empreintes : environ 3 cm.

Laissées : plus petites que celles de la fouine et de la martre, odeur nauséabonde, longueur : 6 à 8 cm, diamètre : moins de 1 cm. Reliefs de nourriture (carnages) parfois observés : grenouilles dépecées, têtes de batraciens.

Prédateurs : Blaireau, renard, martre, hibou grand-duc.

Pièges utilisés : Boite à fauve, pièges en X.

Dégâts occasionnés : Lapin, levraut, volailles.

Conditions de régulation :
La belette (Mustela nivalis), la fouine (Martes foina), la martre (Martes martes) et le putois (Mustela
putorius) peuvent être piégés toute l’année, uniquement à moins de 250 mètres d’un bâtiment ou d’un élevage particulier ou professionnel ou sur des terrains consacrés à l’élevage avicole, ou apicole dans le cas de la martre. Ils peuvent être également piégés sur les territoires désignés dans le schéma départemental de gestion cynégétique où sont conduites des actions visant à la conservation et à la restauration des populations de faune sauvage et nécessitant la régulation des prédateurs.

Ils peuvent être détruits à tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet dès lors que l’un au moins
des intérêts mentionnés à l’article R. 427-6 du code de l’environnement est menacé entre la date de clôture générale et le 31 mars au plus tard et, pour la martre et le putois, dès lors qu’il n’existe aucune autre solution satisfaisante [1].


[1Voir les arrêtés de restrictions pour certains départements