Accueil > Prédateurs > Les nuisibles > La martre

La martre

samedi 1er janvier 2011

JPEG - 32.8 ko
La martre

La martre est un mammifère régulable par piégeage

Famille des mustélidés
martes martes

Description : Longueur : tête et tronc : 40 à 55 cm queue : 20 à 26 cm, poids : 0,8 à 2,5 kg (femelles plus petites que les mâles), 38 dents. Tache jaunâtre de la gorge se prolongeant entre les pattes antérieures. Poils sous les pattes.

Habitat & moeurs : forêts de feuillus, de conifères et forêts mixtes. La martre est un chasseur nocturne et crépusculaire. Elle se déplace avec une grande agilité dans les cimes des grands arbres.

Régime alimentaire : petits rongeurs, oiseaux, fruits, œufs, insectes...friande de miel.

Reproduction : à partir de 2-3 ans, le rut a lieu en juillet-aôut, l’implantation de l’œuf est différée de 8 mois, gestation réelle : 9 semaines, mise bas de 2 à 7 jeunes en mars-avril. Les jeunes atteignent la taille adulte vers 3 mois.

JPEG - 5.7 ko
Les empreintes de la martre

Empreintes : proches de celles de la fouine.

Laissées : cylindriques, 7 à 10 cm de longueur, 1 cm de diamètre : elles contiennent des fragments d’os, de plumes, des poils, des noyaux et des pépins de fruits.

Prédateurs : Renard, blaireau, hibou grand-duc, aigle royal.

Pièges utilisés : Boite à fauve, piège en X, assommoir perché.

Dégâts occasionnés : Grand tétras et tétras lyre, volailles, lapins, ruchers.

Conditions de régulation :
La belette (Mustela nivalis), la fouine (Martes foina), la martre (Martes martes) et le putois (Mustela
putorius) peuvent être piégés toute l’année, uniquement à moins de 250 mètres d’un bâtiment ou d’un élevage particulier ou professionnel ou sur des terrains consacrés à l’élevage avicole, ou apicole dans le cas de la martre. Ils peuvent être également piégés sur les territoires désignés dans le schéma départemental de gestion cynégétique où sont conduites des actions visant à la conservation et à la restauration des populations de faune sauvage et nécessitant la régulation des prédateurs.
Ils peuvent être détruits à tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet dès lors que l’un au moins
des intérêts mentionnés à l’article R. 427-6 du code de l’environnement est menacé entre la date de clôture générale et le 31 mars au plus tard et, pour la martre et le putois, dès lors qu’il n’existe aucune autre solution satisfaisante [1].


[1Voir les arrêtés de restrictions pour certains départements